Rhizome : des formations en agriculture biologique dans le Perche

Julien Kieffer propose des formations agricoles pendant trois ans, dans son entreprise Rhizome, située à Essay. Son objectif : faire naître de nouveaux producteurs agricoles.

Pourquoi avez-vous choisi le nom de Rhizome pour votre entreprise ?

Un rhizome est une manière pour une plante de se développer sous terre, il y a la plante (partie visible) et les racines (partie non visible), c’est l’histoire de l’entreprise ; nous aidons les gens à se développer tout en restant dans l’ombre et en mettant les créateurs de la future entreprise en valeur. Nous accueillons des futurs agriculteurs, des éleveurs , des maraîchers, des élagueurs, des bûcherons. Ainsi, notre coopérative d’activité et d’emploi agricole permet à ces personnes de tester leur projet.

Combien de personnes travaillent pour rhizome ?

Nous sommes sept salariés, et il n’y a pas de bénévoles. Nous avons tous les sept créé l’entreprise, nous sommes en même temps patrons et salariés. Nous sommes à la fois chargés administratifs et nous accompagnons les personnes en projet .

Pourquoi avoir choisi Essai (61) comme « base » ?

Notre entreprise est née d’abord dans le Perche. Plus tard, des personnes ont toqué à notre porte, ils venaient d’autres départements que l’Orne : par exemple le Calvados. Ils avaient du mal à venir jusqu’à Mortagne, à Rémalard. Donc nous avons déplacé le siège près de Sées. Car à Sées, il y a l’autoroute qui mène à Rouen et celle qui mène vers Caen. Il nous fallait un endroit stratégique, relativement accessible.

Comment votre projet vous permet-il d’être payé ?

Rhizome demande une participation financière aux personnes qui suivent une formation. Il existe des aides financières. Cela permet à notre organisme d’être viable et de continuer à travailler dans de bonnes conditions.

Un article écrit par Eliott, Jules, Myrtille et Clarence