Janvier 2020

À la Coopé

Intérimaire

La coopérative laitière, à Isigny-sur-mer, dans le Calvados, fournit de la poudre de lait à plus d’un million de bébés à travers le monde. Arnaud a passé 18 mois dans cette usine. Il raconte son quotidien d’employé.

Septembre 2017

Après plusieurs expériences professionnelles, changement de vie. L’envie de travailler au plus proche de chez moi, de n’avoir qu’à enfourcher mon vélo pour aller gagner ma vie. Mais que faire ? Où travailler dans un territoire semi-rural où les administrations ont peu à peu déserté, où la voiture est obligatoire pour aller dans les villes moyennes telles que Carentan, Bayeux ou encore Caen ?

« On ne peut louper ses lumières qui cachent les étoiles aux cinq kilomètres alentours »

Depuis plusieurs mois j’entends parler de la « Coopé » (Coopérative d’Isigny-Sainte-Mère). Plus gros pourvoyeur d’emploi aux 15 kilomètres. On ne peut louper ses lumières qui cachent les étoiles aux cinq kilomètres alentours, ses cheminées qui crachent de la vapeur d’eau jour comme nuit, été comme hiver, jour ouvré comme jour férié.

La coopérative d’Isigny Sainte-Mère

Du fromage, du beurre, de la crème… et de la poudre de laits. Voilà les produits qui sortent tous les jours de la coopérative laitière d’Isigny-Sainte-Mère. Créée en 1980 après la fusion de la coopérative d’Isigny sur Mer avec celle de Sainte-Mère-L’Eglise, à quelques kilomètres, la « coopé » comme les employés la nomment, est un géant local et mondial de la transformation de lait.

Elle emploie plus de 1000 personnes et exporte les 40 000 tonnes de poudre de lait produites chaque année en Afrique, au Proche Orient et en Asie, où la Chine constitue l’un de ses principaux clients. L’entreprise chinoise Biostime a d’ailleurs investi plus de 20 millions d’euros en 2015 pour soutenir la construction d’une nouvelle unité de séchage. En 2021, la « coopé » devrait produire 70 000 tonnes de poudre de lait.

Daniel Delahaye, directeur de la coopérative laitière Isigny-Sainte-Mère, interrogé par France 3 en octobre 2019, évoque la construction d’une troisième unité de séchage.

Bref, en octobre 2017, je décide de sécher les cours et d’aller postuler à la Coopé.

[Vous avez lu 20% de ce premier épisode.]

Suivez les actualités de Grand-Format

Entrez votre adresse mail et appuyez sur "entrée". Nous vous enverrons des nouvelles de Grand-Format, et vous recevrez une alerte à la sortie de chaque nouvel épisode

Notre newsletter
Nos réseaux sociaux

L'atelier Grand Format